Programme des rendez-vous USTREAM acte 1

Pour accéder au rendez-vous USTREAM en direct

==⇒ L’actualité du monde du collaboratif, les outils favorisant les échanges collaboratifs sur les Réseaux Sociaux

Le journal 20 mn s’intéresse à l’économie collaborative

  1. Voici le lien pour accéder aux informations 20 mn

Vous trouverez le programme du premier rendez-vous sur le thème de la collaboration

1ère question :

L’économie de demain sera-t-elle collaborative? Vous ne le savez peut-être pas, mais elle l’est déjà un peu aujourd’hui. En France comme à l’international, de nombreuses initiatives participent en effet au développement de ce modèle alternatif. En partenariat avec Maif, «20Minutes» s’intéresse de près à tous ces porteurs de projets et autres moteurs du changement.

2ème question :

11 octobre 2017

Uber Vs Taxify, la guerre est ouverte ? Sur le prix, Taxify met KO Uber pour le moment (jusqu’à la fin du mois réduction de 50%). #AfterBiz

L’entreprise de Markus Villig prélève une commission de 15% auprès de ses chauffeurs, contre 25% chez Uber. Elle dit ainsi assurer «de meilleures conditions pour les conducteurs», qui ont pourtant exactement le même statut que les chauffeurs Uber. Ce sont d’ailleurs les mêmes, qui vivotent, d’une plateforme à une autre, en fonction de la demande. Beaucoup attendent de «prendre du recul» pour se prononcer sur cette nouvelle plateforme, mais le scepticisme est palpable. «Je demande à voir», commente Adam, chauffeur pour Taxify à Paris depuis quelques jours. Car non seulement l’entreprise se targue de prélever une commission plus faible que celle d’Uber ou de Chauffeurs Privés, mais elle entend en plus baisser la note des passagers de 10% par rapport à ses concurrents.

S’informer sur la question:

  1. Enquête du Journal Le Figaro en réaction à l’ubérisation
  2. Emmanuel Macron entend les inquiétudes de la profession des VTC

3ème question :

23 octobre 2017

Lien vers l’info du journal 20 MN

Les vélos en libre service type Vélib’ vont-ils devenir has been? Début octobre, les bicyclettes vertes sans station de Gobee.bike ont débarqué à Lille, et peu après à Paris. Contrairement aux V’Lille ou aux Vélib’, les utilisateurs de ces vélos n’ont pas besoin de les récupérer et de les déposer à une station, mais les trouvent grâce à la géolocalisation. A la fin de la location, ils les laissent où bon leur semble. Il suffit pour cela de télécharger l’application Gobee.bike (iOS et Android) sur son téléphone. Une fois le deux roues identifié et le paiement effectué (50€ de caution et 50 centimes la demi-heure), il ne reste plus qu’à déverrouiller le vélo en flashant un QR code.

S’informer sur la question:

  1. Enquête sur la question des déplacements des gens dans les grandes villes : Paris, Lyon, Marseille.
  2. Vous pouvez visionner la vidéo de BFM pour vous faire une idée de la question de l’innovation Gobée.bike

L’innovation dans la pratique et l’accès à la lecture

Adèle Bertier le 30 mai 2017 nous parle de Ton Book

1. Visionner la vidéo

2. S’inscrire à https://www.tonbooktoo.com/|Ton Book

3. Les français et la lecture étude d’IPSOS MédiaCT de mars 2014

Lire, Partager, S’Enrichir

Comment les start-up de l’économie collaborative peuvent-elles favoriser le bien-être au travail? Valentine Dubot, cofondatrice de Ton Book Too, pense avoir trouvé une réponse. Son application d’échange de livres entre particuliers sera disponible dès le mercredi 31 mai sur iOS et Android.

En octobre, les grandes entreprises auront accès à un portail dédié pour que les salariés s’échangent des bouquins. Aujourd’hui, cinq sociétés de plus de 150 personnes ont déjà pré-commandé des abonnements sur Ton Book Too. «Dans une tour comme Total à la Défense, personne ne se connaît, contrairement à une petite PME. Le livre est un prétexte pour que les gens se rencontrent», lance Valentine. Les entreprises intéressées par le concept bénéficieront d’un tarif à négocier avec la start-up.

4ème question :

Ces passants trouvent leur bonheur dans une boîte

La place Félix Eboué, à Paris, est un peu le QG de Fatoumata Kourouma. Ce vendredi, la trentenaire récupère un parapluie en parfait état dans une cabane en bois de récupération. Il y a un an, c’était une robe de mariée. «Je m’en rappellerai toujours, je l’ai donnée à ma sœur, il y avait même les chaussures qui allaient avec!» Fatoumata, habitante de Montreuil, se rend tous les deux jours devant la boîte à dons du 12e arrondissement de Paris. Elle espère à chaque fois dénicher une pépite dans les cases où chacun peut se servir. On y trouve vêtements, jouets, livres ou lunettes… La dernière trouvaille de Fatoumata: une imprimante.

Cliquez ici pour aller à l’information

L’association locale Cap ou pas Cap a installé une boîte à dons en septembre 2016. Ce dispositif s’appuie sur le concept des boîtes  à livres. Cette innovation vise à créer du lien social chez les habitants d’un quartier et surtout cela vise à favoriser la récupération au détriment de la logique consumériste. Les gens ne jettent plus les objets à la poubelle ou ne  vont plus déposer les objets à la déchèterie du coin.

Cette innovation technologique est conçue par des architectes  bénévoles et l’avantage spécifique est que les bricoleurs viennent fabriquer leur boîte perso. Le dispositif vise aussi le lien social entre bricoleurs d’un quartier. Le bricolage ne s’apprend plus chez une enseigne de bricolage comme Leroy-Merlin mais sur un lieu de  vie d’un quartier.

  • Le prochain programme se trouvera ici

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :